Road Trip | Escapade iodée dans le Cotentin • Chapitre I

Besoin de rafraîchissement et de tranquillité ? Et bien, quoi de mieux qu’un petit tour en direction du nord de la France du côté de la Basse-Normandie à seulement 3 heures de Paris ? Entre terre et mer, la région du Cotentin s’étend le long des côtes de la Manche, mer qui nous sépare de l’Angleterre. Montez à bord de notre petite voiture et découvrez avec moi cette région poétique et surprenante à la fois.

Ce premier chapitre constitue un petit récit photographique, fruit de mes notes de voyages, visant à vous laisser découvrir la région du Cotentin selon notre itinéraire. Dans le second chapitre, vous pourrez retrouver tous mes conseils et bonnes adresses !

1 | UTAH BEACH POUR UNE NOTE HISTORIQUE

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_utahbeach

Imaginez, des tonnes de soldats armés et des navires et avions transformés en véritables machines de guerre fonçant tout droit sur les côtes Normandes… C’est bien connu, la Normandie a été fortement marquée par l’Histoire et il n’était pas question pour nous de faire cette escapade sans passer par Utah Beach, l’une des cinq plages du débarquement du 6 juin 1944. Plage la plus à l’ouest, c’est la seule localisée dans la Manche et elle fait partie, avec Omaha Beach, de l’une des deux plages où les troupes américaines ont débarqué. Utah Beach est un lieu fort de l’Histoire de la France, symbole de la libération et aujourd’hui devenu un véritable musée à ciel ouvert.

Un itinéraire pédestre existe pour marcher sur les pas de ces hommes qui ont écrit l’Histoire. Partez de Sainte-Marie-du-Mont (Utah Beach) et parcourez une distance de 12,5 kilomètres pendant environ 3 heures pour découvrir les monuments remarquables du débarquement du 6 juin 1944.

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_utahbeach (1)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_utahbeach (3)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_utahbeach (2)

Si vous êtes avide d’en apprendre plus sur l’histoire d’Utah Beach, je vous conseille de visiter le Musée du Débarquement sur les hauteurs de la plage où vous pourrez y retrouver toute l’histoire racontée avec des anecdotes et une riche collection d’objets historiques et véhicules.

Musée du Débarquement Utah Beach à Sainte Marie du Mont (50) | Du 1er octobre au 31 mai : 10h00 – 18h00, du 1er juin au 30 septembre : 9h30 – 19h00

Rendez-vous aussi à deux pas d’Utah Beach, avec le World War II Museum à Quinéville qui lui, se concentre plus sur la vie quotidienne des Français pendant l’occupation allemande. Pour moi qui ne suis pas une grande fan de cette période de l’Histoire, j’ai beaucoup aimé me balader dans les rues commerçantes de la Normandie des années 40. En totale immersion, les maquettes à taille humaine retraçent des scènes de la vie courante de l’époque et vous transportent littéralement dans le passé.

World War II Museum à Quinéville (50) | 10h00 – 19h00

Et enfin, vous pouvez aussi vous rendre au Airborne Museum à Sainte-Mère-Église, musée consacré à l’histoire des troupes aériennes du débarquement. La ville de Sainte-Mère-Église a été rendue célèbre par l’histoire d’un parachutiste américain qui est resté accroché au clocher de l’église durant une nuit se laissant passer pour mort afin de survivre la guerre. Nous n’avons pas eu le temps de le visiter mais je pense que ça en vaut le détour.

Airbone Museum à Sainte-Mère-Église (50) | De mai à août : 9h00 – 19h00, avril et septembre : 9h30 – 18h30, d’octobre à mars : 10h00 – 18h00

Avis à tous les passionné.es d’Histoire ou non, le temps d’un week-end, c’est l’occasion de se remémorer l’histoire de la France en passant par les cinq plages du débarquement et les musées aux alentours, sans oublier le Mémorial de Caen !

2 | CHANGEZ D’AIR AU VAL DE SAIRE

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (1)

Maintenant, remontons un peu les côtes littorales pour explorer le Val de Saire, localisé tout au nord-est du Cotentin.

Saint-Vaast-la-Hougue et l’Île de Tatihou

Plus ancien bassin ostréicole de Normandie, Saint-Vaast-la-Hougue reste la ville la plus vivante du Val de Saire. L’été, elle est animée par de nombreux événements et notamment avec le festival des Traversées de Tatihou. Si vous vouliez échapper au tourisme de masse et vous isoler un peu, vous vous êtes trompé.es ! Encore, vaut-il mieux y aller hors-saison. À Saint-Vaast-La-Hougue, on ne s’ennuie pas et il y en a pour tous les goûts. Ne loupez pas le fort de la Hougue, le port et l’épicerie Gosselin dont je vous parle dans le chapitre II.

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (11)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (12)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (13)

Le temps d’un après-midi, nous avons fait une pause dans le paradis caché de l’Île de Tatihou, accessible par le bateau amphibie ou à pieds pour les plus courageux. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’île est protégée par un ensemble de fortifications et une tour Vauban. Il y a aussi un ancien lazaret. Tatihou est avant tout un grand espace naturel protégé et constitue l’une des nombreuses réserves ornithologiques de la Manche. Enfin, elle regroupe aussi plusieurs jardins botaniques où il fait bon de se balader, ainsi que le Musée Maritime qui accueille diverses expositions tout au long de l’année, une galerie d’histoire naturelle (ma partie préférée, vous vous en doutez), une collection d’objets archéologiques et de beaux-arts.

Musée Maritime de l’Île de Tatihou (50) | Du 24 février au 4 mars et du 20 octobre au 4 novembre : 14h00 – 17h00, du 31 mars au 7 octobre : 10h00 – 18h00

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (2)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (3)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (4)

Barfleur

S’il y a une ville que vous ne devez pas manquer lorsque vous passez au Val de Saire, c’est bien la petite ville de Barfleur ! Aussi appelée la perle du Val de Saire, elle est classée parmi les plus beaux villages de France, et pour preuve : on aime se balader autour du port et admirer les bateaux tant à marée haute qu’à marée basse. À chaque instant de la journée, Barfleur surprend et offre des cadres variés : levers et couchers de soleil, marées hautes ou basses… Si je peux vous donner un conseil, c’est d’y passer une soirée. Marchez le long des quais, appréciez les terrasses des restaurants et cafés et écoutez le bruit des vagues… Enfin, passez par la Cache des Amoureux pour observer le soleil se refléter sur l’église Saint-Nicolas tandis qu’il se couche sur la mer. Comprenez pourquoi j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce village. Barfleur c’est un village qui se touche avec les yeux. Un soir, nous nous sommes arrêtés sur la plage de la Sambière pour regarder les innombrables étoiles qui peuplent notre galaxie, c’était juste magnifique !

Saviez-vous qu’un pirate était enterré près de l’église Saint-Nicolas ? Si vous passez par là, dites-moi si vous avez trouvé sa tombe !

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (7)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (14)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (8)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (9)

Gatteville et son phare

À quelques pas de Barfleur, le phare de Gatteville domine la mer. En quelques chiffres, c’est le deuxième plus haut phare d’Europe continentale avec une hauteur de 75 mètres et 365 marches à gravir pour découvrir le Val de Saire. Fun fact : le phare de Gatteville a été construit selon une année : 365 marches pour 365 jours, 12 niveaux pour 12 mois, 52 fenêtres pour 52 semaines. Drôle non ? Attention à ceux qui ont le vertige cependant ! (Comme mon amoureux qui avait un peu la frousse tout en haut… !)

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (14)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (15)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (16)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (18)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_valdesaire (15)

Si vous avez du temps, voici une petite liste des lieux que je pense qu’il faut vraiment voir dans le Val de Saire en plus de ceux cités ci-dessus :

  • l’église Saint-Martin de Réville, superbe d’intérieur comme extérieur
  • l’église Notre-Dame de Montfarville, qui offre à ses visiteurs un décor imprenable (contre la modique somme de 1 euro pour allumer les lumières)
  • la cascade du Vast située sur un domaine privé mais observable à partir du pont
  • les marais du Cotentin et du Bessin qui, d’après mes lectures, sont magnifiques à voir en hiver

3 | LA HAGUE, CELLE QUI VOUS DONNERA ENVIE D’ALLER AU BOUT DU MONDE

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (1).jpg

Toujours pas fatigués ? Nous non plus ! Et tant mieux, car cette dernière ligne droite direction la Route des Caps va demander un peu d’énergie, surtout gardez les yeux bien ouverts.

La Route des Caps | 104 km de merveille, 3h de route (sans arrêt)

Traverser la Route des Caps sans s’arrêter une seule fois nous paraît inimaginable. Alors qu’elle longe le littoral du Cotentin, elle nous offre de multiples points de vue à couper le souffle. La Hague est communément appelée « la petite Irlande » car ses côtes sont bordées de paysages sauvages mêlant végétation et falaises. Autant vous dire que je suis tombée amoureuse.

Arrêtons nous d’abord au Belvédère de Landemer avec les falaises du mur blanc et le célèbre rocher de Castel Vendon, qui a fait l’objet des peintures de Jean-François Millet. Wow.

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (2)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (3)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (15).jpg

Continuons jusqu’à Port-Racine, le plus petit port de France et le plus atypique. Il se situe près de Omonville-la-Petite, charmant village où a vécu le poète Jacques Prévert. Le port du Hâble est tout aussi charmant, nous n’y sommes pas allés par manque de temps… Pas très loin, n’hésitez pas à aller voir la Cascade de la Brasserie dans le tout petit village de Digulleville. Nous sommes tombés dessus par hasard alors que nous étions perdus !

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (4).jpg

Tout à l’ouest, le phare de Goury au cap de la Hague est un incontournable. Mesurant 48 mètres, il a été construit près du Raz Blanchard, l’un des courants de marée les plus violents au monde, après de nombreux naufrages. Nous avons presque honte mais on a dû sauter cette étape de la Route des Caps, avec grand regret. La prochaine fois, c’est sûr on y va !

Ici, la baie d’Écalgrain dont la plage est plutôt difficile d’accès mais à nouveau, le point de vue vaut le détour. Son nom provient des moulins aux alentours qui « écalaient le grain ».

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (5).jpgMuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (6)

Et là, mon autre coup de foudre : les falaises du Nez de Jobourg. Ces falaises de granite comptent parmi les plus élevées de France avec 128 mètres de hauteur. Le terme « nez » qui n’est pas très sexy, il faut l’avouer, signifie en réalité « pointe de terre » en ancien scandinave, ceci explique cela. Au loin, on y voit le Cap de Flamanville et surtout toutes les petites îles anglo-normandes qui se révèlent à la lumière du soleil : Les Écréhou, Jersey, Sercq, Herm, Guernesey et Aurigny. Les falaises cachent plusieurs grottes plus en bas que l’on peut explorer en visite guidée sur réservation. Mais ça, c’est pour quand on sera un peu plus entraînés.
L’idéal est vraiment de passer une nuit au Nez de Jobourg qui dispose d’une aire réservée aux camping-cars. Nous nous sommes arrêtés pour y pique-niquer et admirer, une fois de plus, le coucher de soleil.
Les falaises d’Herqueville, plus isolées, nous ont aussi fait rêver elles aussi.

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (7)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (8)MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (10)

MuseumTrotter_roadtrip_cotentin_lahague (12)

Ce que nous n’avons pas eu le temps de faire :

Dans la continuité, l’anse de Vauville est réputée pour ses dunes (Biville) et ses impressionnantes vagues qui fait d’elle le coin préféré des sportifs. Tout près, le Belvédère du Thot laisse place à une superbe vue panoramique des paysages de Vauville. Nous avions prévu de faire une petite randonnée à Vauville pour voir les Pierres Pouquelées, monument mégalithique mais le temps ne nous a pas été favorable. Les averses orageuses nous ont aussi empêché de visiter le jardin botanique de Vauville qui, d’après les retours que l’on a pu lire, mérite le coup d’œil. Moi qui adore les jardins, je peux vous dire que j’étais un peu dégoûtée, mais on repassera hein !
La Route des Caps se termine du côté de la Côte des Isles que vous devriez reconnaître sur les cartes postales avec ses mignonnes cabines de bain sur la plage de la Potinière et de Gouville-sur-Mer et le Cap de Carteret.

Le Cotentin m’aura surprise, enchantée et fait voyager. On m’a longtemps laissée croire que la Normandie ce n’était pas si terrible que ça et que, « bonjour la pluie ». Bien évidemment, nous n’y avons pas échappé. Mais vous savez-quoi ? Tant mieux. De cette façon, j’ai pu découvrir la région sous pleins d’angles différents, et c’est ce qui fait le charme de la région. Il pleut ? Ce n’est pas grave, on enfile son ciré jaune et on part explorer les paysages brumeux du littoral.

Pour cette escapade, nous avons décidé de parcourir la zone en voiture au format road trip car nous voulions absolument nous faire la Route des Caps. Notre itinéraire se fait largement en une petite semaine (5 à 7 jours) si l’on prend le temps de vraiment tout visiter et à condition de bien s’organiser. Mais un jour, nous aimerions refaire cette escape avec nos petites jambes. En effet, le GR 223, plus connu sous le « Sentier des Douaniers » ou « Sentier du Littoral » longe la Manche et permet aussi d’explorer la région d’une toute autre façon en passant par le Val de Saire jusqu’à la Hague sur 446 kilomètres.

museumtrotter-itineraire

MuseumTrotter_google+_shareMuseumTrotter_twitter_shareMuseumTrotter_facebook_share